Archives du mot-clé zones tampon

La nouvelle loi ZERO PHYTO: Les zones tampons

Dans le cadre du Programme Wallon de Réduction des Pesticides (PWRP) une nouvelle étape vient d’être franchie ce 1er septembre 2014. Pour rappel, depuis le 1er juin, les trottoirs (appartenants au domaine public) ne peuvent plus être traités à l’herbicide. La nouvelle loi prévoit des espaces supplémentaires, dits « zones tampons », sur lesquels l’application des PPP sera interdite. Ces zones tampons concernent assez souvent les terrains privés c’est à dire les surfaces (graviers, pelouses, haies,…) proches d’une rigole.

Prenons le cas le plus simple : si votre trottoir est relié à un filet d’eau,  vous ne pourrez épandre de PPP sur ce trottoir. Mais au-delà, sur votre pelouse, par exemple, il faudra aussi compter une zone tampon d’un mètre, sur laquelle l’application de PPP ne sera plus autorisée (voir schéma, cas 1).

zones tampon

Illustration: CRIE de Liège

La loi « Zéro Phyto » est censée protéger au maximum les eaux souterraines et de surface de la contamination par les PPP. Si donc votre terrain privé jouxte un cours d’eau ou un plan d’eau, la zone tampon sans PPP sera de 6 mètres au moins (2).

D’autre part, si votre terrain est relié à un filet d’eau (valable également pour une eau de surface)  et qu’il accuse une pente égale ou supérieure à 10%, vous ne pourrez appliquer de PPP ni sur la pente, ni sur la zone tampon. Celle-ci prendra cours à partir de la rupture de pente et aura une largeur d’un mètre au minimum (3). 
Cependant, même s’il appartient au domaine public, l’entretien du  trottoir est à la charge du citoyen. Alors que faire ?

Des alternatives aux produits chimiques existent :

  • désherbagePréventivement, vous pouvez brosser régulièrement les joints des pavés afin d’éliminer la terre présente.
  • Vous pouvez utiliser les binettes, rasettes, couteaux et autres outils à désherber entre les pavés ou dans les graviers.
  • Contre les plantes aux racines plus coriaces (pissenlits, chardons,…) rien ne vaut l’arrachage à la main.
  • Un peu d’eau bouillante versée régulièrement finira par faire disparaître la plante indésirable. Le choc thermique fera flétrir la plante instantanément. L’utilisation d’un désherbeur thermique à flamme ou électrique au le même effet.

NB: L’utilisation d’eau de javel, de sel ou encore de vinaigre pour désherber le trottoir est nuisible pour les eaux de surface et souterraines.

Pour avoir plus de renseignements sur les techniques alternatives, rdv sur www.adalia.be ou visionnez la vidéo « Mauvaises herbes ».

Le Service Public de Wallonnie (DGO3) vient d’éditer deux documents concernant cette nouvelle réglementation:

Merci au Centre Régional d’Initiation à l’Environnement (CRIE) de Liège pour l’aide à la rédaction de cet article.