Archives pour la catégorie Abeilles

LE CAS DES NEONICOTINOIDES S’AGRAVE

Un rapport de plusieurs chercheurs indépendants reproche aux néonicotinoïdes de non seulement avoir un effet néfaste sur les abeilles, mais aussi sur d’autres animaux.

agricultureCes insecticides systémiques étaient déjà soupçonnés d’être responsable dans le déclin des populations d’abeilles, ce qui avait conduit à une suspension par l’Europe de l’usage de 3 d’entre eux (et du fipronil) en 2013.

Un groupe d’une trentaine de scientifiques indépendants ont analysés des centaines d’études parues ces dernières années concernant les insecticides systémiques*, fortement utilisés en agriculture et dans les jardins depuis plus de vingt ans. Selon les conclusions du rapport, les effets de ces pesticides sont bien plus graves qu’on ne le pensait. Les oiseaux, les poissons, les mollusques et d’autres invertébrés sont également touchés par ces produits toxiques, de par leur nature persistante dans l’environnement.

Afin d’en savoir plus sur le rapport, consultez cet article de la rtbf : http://www.rtbf.be/info/societe/detail_les-pesticides-menacent-les-oiseaux-et-les-vers-de-terre-autant-que-les-abeilles?id=8299855

Afin de mieux connaître l’importance de l’usage des nicotinoïdes, lisez l’article paru dans Le Soir : http://www.lesoir.be/580720/article/demain-terre/environnement/2014-06-24/neonicotinoides-sont-partout

*qui pénètre et circule dans toute la plante, des feuilles jusqu’aux racines et aux fleurs

DES ABRIS POUR LA FAUNE UTILE

Un jardin trop « propre », sans bois mort, sans tas de branches ou dépourvu d’une zone d’herbes sèches, limite les abris naturels pour la faune utile. Pour ceux qui n’ont pas la chance d’avoir un grand jardin ou la possibilité de l’aménager comme bon lui semble, Il est très facile de fabriquer vous-même des abris.abris à insectes 3

  • Afin d’accueillir au mieux les abeilles et guêpes solitaires, qui sont de précieux polinisateurs, il vous suffit de trouver des rameaux à tiges creuses (ou à moelle). Ces insectes pondent dans les tiges au printemps ou profitent d’un autre système qui consiste à percer une buche de trous de 2 à 12mm de diamètre.
  • Dès que l’hiver approche, les hérissons ont besoin de se protéger du froid. Son abri est constitué d’une caisse en bois avec une ouverture et recouvert d’un tas de feuilles ou de branches. Cet animal sympathique débarrassera votre jardin des limaces.
  • abris à insectes 4Les perce-oreilles colonisent rapidement des pots de fleurs renversés remplis de foin (légèrement humide et un peu tassé) déposés dans les endroits où ils sont nombreux. Gros mangeurs de pucerons la nuit, déplacez l’abri au cours de la journée pour l’accrocher dans un arbre ou près d’une plante attaquée.
  • Les coccinelles, grands prédateurs de pucerons, ont aussi besoin de se protéger du froid. Des planches en bois superposées et séparées de 5mm feront leur bonheur.
  • N’oublions pas les oiseaux et en particuliers les mésanges qui se nourrissent de larves et de chenilles au printemps. Placez un nichoir (de taille adaptée) dans un endroit tranquille et à l’abri des chats.

Bien entendu, vous pouvez aussi trouver toutes sortes d’abris et de nichoirs dans le commerce. Cependant, il faut relativiser le succès de ces constructions et autres hôtels à insectes : ils ne sont pas toujours occupés la première année et ces animaux préféreront toujours un abri naturel (si il est présent) à un abri artificiel. Veillez à toujours orienter l’abri à insectes vers le sud et le protéger de la pluie.

Pour plus d’informations :