Archives pour la catégorie Agriculture

LE CAS DES NEONICOTINOIDES S’AGRAVE

Un rapport de plusieurs chercheurs indépendants reproche aux néonicotinoïdes de non seulement avoir un effet néfaste sur les abeilles, mais aussi sur d’autres animaux.

agricultureCes insecticides systémiques étaient déjà soupçonnés d’être responsable dans le déclin des populations d’abeilles, ce qui avait conduit à une suspension par l’Europe de l’usage de 3 d’entre eux (et du fipronil) en 2013.

Un groupe d’une trentaine de scientifiques indépendants ont analysés des centaines d’études parues ces dernières années concernant les insecticides systémiques*, fortement utilisés en agriculture et dans les jardins depuis plus de vingt ans. Selon les conclusions du rapport, les effets de ces pesticides sont bien plus graves qu’on ne le pensait. Les oiseaux, les poissons, les mollusques et d’autres invertébrés sont également touchés par ces produits toxiques, de par leur nature persistante dans l’environnement.

Afin d’en savoir plus sur le rapport, consultez cet article de la rtbf : http://www.rtbf.be/info/societe/detail_les-pesticides-menacent-les-oiseaux-et-les-vers-de-terre-autant-que-les-abeilles?id=8299855

Afin de mieux connaître l’importance de l’usage des nicotinoïdes, lisez l’article paru dans Le Soir : http://www.lesoir.be/580720/article/demain-terre/environnement/2014-06-24/neonicotinoides-sont-partout

*qui pénètre et circule dans toute la plante, des feuilles jusqu’aux racines et aux fleurs

MONSANTO SE LANCE DANS LE BIOCONTROLE

Photo: Entocare

Photo: Entocare

L’actualité de la fin de l’année 2013 n’a pas manqué de commenter la décision du géant de l’agrochimie d’investir dans le secteur du biocontrôle. Vous avez peut-être lu dans la presse « Monsanto se met au bio », ce qui peut prêter à confusion : la multinationale ne s’est pas converti à la culture biologique mais a décidé de produire, via une société danoise, des bactéries utilisées en lutte biologique (biocontrol en anglais). Ces micro-organismes protègent les cultures des insectes nuisibles ou d’autres organismes pathogènes. Les techniques de lutte biologique, dont les lâcher d’auxiliaires, sont employés en culture conventionnelle, intégrée et biologique.

Le groupe américain s’est allié à la société danoise Novozymes, numéro un mondial des enzymes alimentaires et industrielles, afin de percer dans un marché prometteur, déjà en plein essor en Europe.

« Les deux entreprises ont mis en place [le partenariat] The BioAg Alliance afin d’identifier, développer et vendre des solutions à base de micro-organismes qui permettent aux agriculteurs du monde entier d’augmenter les rendements des cultures en utilisant moins d’intrants« , indiquent-ils dans un communiqué publié le 10 décembre. En ligne de mire, un marché de l’ordre de 1,6 milliard d’euros par an, « avec des taux de croissance à deux chiffres au cours des dernières années« .

Monsanto tente, par cette stratégie, de redorer son blason qui est salement entaché par leur réputation de destructeur de l’environnement et de dictateur du monde agricole. Espérons néanmoins que cela pourra contribuer réellement à diminuer la production des produits phytopharmaceutiques.

La lutte biologique vous intéresse-t-elle ? Voici quelques sociétés spécialisées dans le biocontrôle Europe :